Chabuca Granda – La Flor de la canela

Chabuca Granda

Quand Chabuca Granda compose La Flor de la Canela au début des années 1950, elle a trente ans. Bien qu'encore jeune, elle a vu sa Lima natale complétement transformée par l'exode rural. Entre 1940 et 1956, la capitale du Pérou est passée de 500.000 à 1,2 million d'habitants. La société créole liménienne en est évidemment chamboulée. Les descendants d'Européens et d'Africains qui constituaient l'immense majorité de la population cohabite désormais avec les migrants andins. Les premiers pueblos jovenes (bidonvilles) sont construits. Les valses, festejos, et marineras sont concurrencés par le huayno des Andins. Une époque se termine. Une autre commence, qui allait faire de Lima cette mégalopole du tiers-monde de près de 10 millions d'habitants.

Cette transformation est l'arrière plan de La Flor de la Canela, qui reste dans l'imaginaire péruvien la chanson la plus emblématique de Lima. Le génie de Chabuca Granda est qu'elle ne chante pas la Lima disparue. Le passé est perdu à jamais. Reste la mémoire. Alors, elle chante le souvenir de cette Lima bucolique, pleine de verdure et de senteurs, et traversée par le pas de cette belle femme, la Fleur de la Cannelle qu'elle nous invite à suivre sur le chemin du souvenir.

 

 
Traduction de la Flor de la Canela
 

Laisse-moi te conter, Liménien
Laisse-moi te dire le plaisir
De la rêverie qu'évoque la mémoire
Du vieux pont, du fleuve et de la promenade

 

Laisse moi te conter Liménien
Tant que parfume encore le souvenir
Tant que restent bercées en rêve
Le vieux pont, le fleuve et la promenade

 

Du jasmin dans les cheveux, et des roses au visage
Elle marchait, gracieuse, la Fleur de la Cannelle
Elle répandait la douceur, et son pas laissait
des arômes du bouquet de fleurs, qu'elle portait dans son corsage

 

Du pont à la promenade, son pied souvent la portait
Par le sentier qui vibrait au rythme de ses hanches
Elle cueillait le rire de la brise du fleuve
Et le vent la poussait du pont vers la promenade

 

Laisse moi te conter, Liménien
Ah, laisse moi te dire, mon ami, mes pensées
A voir si ainsi tu te réveilles du songe
du songe qui trouble, mon ami, tes pensées

 

Aspire la douceur qu'offre la fleur de la cannelle
Ornée de jasmins teintant sa beauté
Tapisse encore une fois, le pont et décore la promenade
Et le fleuve rythmera son pas sur le sentier

 

La flor de la Canela

 

Déjame que te cuente limeño,
Déjame que te diga la gloria
Del ensueño que evoca la memoria
Del viejo puente, del río y la alameda.

 

Déjame que te cuente limeño,
Ahora que aún perfuma el recuerdo,
Ahora que aún se mece en un sueño,
El viejo puente, el río y la alameda.

 

Jazmines en el pelo y rosas en la cara,
Airosa caminaba la flor de la canela,
Derramaba lisura y a su paso dejaba
Aromas de mistura que en el pecho llevaba.

 

Del puente a la alameda menudo pie la lleva
Por la vereda que se estremece al ritmo de su cadera.
Recogía la risa de la brisa del río
Y al viento la lanzaba del puente a la alameda.

 

Déjame que te cuente limeño,
Ay, deja que te diga, moreno, mi pensamiento,
A ver si así despiertas del sueño,
Del sueño que entretiene, moreno, tu sentimiento.

 

Aspira de la lisura que da la flor de la canela,
Adornada con jazmines matizando su hermosura;
Alfombra de nuevo el puente y engalana la alameda
Que el río acompasará su paso por la vereda.

Laisser un commentaire