Mandat d’arrêt contre Toledo, ancien Président du Pérou

Crédit: The Aspen Institute (CC)

Plus que le football, la corruption et le trafic d'influence sont les vrais sports nationaux du Pérou. Si le recordman reste Alberto Fujimori et ses 600 millions de dollars volés au peuple péruvien, on découvre aujourd'hui qu'il est concurrencé par de nombreux hommes politiques péruviens. Le scandale est mis à jour grâce à la chute d'Odebrecht, la toute puissante entreprise brésilienne du BTP, qui arrosait les grands dignitaires sud et nord américains pour l'obtention de juteux contrats publics.  Son ancien représentant à Lima, Jorge Barata, est passé aux aveux.

Le contrat portant sur le chantier du métro de Lima, attribué par Enrique Cornejo, l'ancien ministre des transports d’Alan Garcia, est dans le collimateur. Ollanta Humala, président du Pérou entre 2011 et 2016 aurait quant à lui reçu 3 millions de dollars d'Odebrecht pour sa campagne électorale, à mettre en lien avec le contrat attribué au groupe brésilien pour le gazoduc du sud au coût de 7 milliards de dollars.

La dernière révélation concerne Alejandro Toledo, président du Pérou entre 2001 et 2006. Ce dernier aurait reçu 20 millions de dollars pour avoir favorisé l'attribution à Odebrecht d'un contrat portant sur la construction d'une partie de l'autoroute interocéanique. Son coût estimé à 800 millions de dollars, avait fini par coûter plus du double... Un mandat d'arrêt a été émis par la justice péruvienne avec demande de détention provisoire. La police offre 100 000 soles à qui apportera des informations permettant d'arrêter Toledo. Ça tombe bien, il serait actuellement à Paris.

Laisser un commentaire