Vieux maîtres du huayno

Le huayno est de premier abord une musique difficile d'accès pour les oreilles européennes, non habituées à ses harmonies,  aux sonorités du quechua et à ses voix hauts placées. On est loin des sonorités afro-latines de la cumbia ou de la salsa auxquelles le grand public est désormais assez familiarisé.

La découverte du huayno n'est pas non plus facilitée par l'absence de diffusion du genre en France. Il faut donc se tourner vers internet, où on rencontre un deuxième obstacle : l'hégémonie du huayno commercial de piètre qualité voire carrément kitsch. C'est pour cette raison que le travail de Vincent Moon avec sa collection Petites planètes dédiée au Pérou (Sonidos del Perú) est aussi essentiel. Après avoir découvert la jeune garde du huayno, écoutons et regardons avec lui les vieux maîtres.

Manuelcha prado

Manuelcha Prado est un des plus fameux musicien de huayno. Il a sorti plusieurs disques au cours de sa longue carrière et a même été amené à jouer en Europe. Originaire de Puquio (Ayacucho), cecompositeur, chanteur et guitariste de huayno est reconnu tant pour ses compositions ainsi que pour son travail de collecte de chansons andines.

Celestino

Du haut de ses 90 ans, Celestino est à n'en pas douter un vieux maître du huayno. Harpiste de talent, il nous rappelle comment la harpe, instrument d'origine européenne a été magnifié dans le huayno.

Abilio Soto Yupanqui

Ce dernier beau portrait que nous offre Vincent Moon a été enregistré Ayacucho, région où se déchaina la violence du Sentier lumineux dans les années 80-90. On suit Abilio Soto Yupanqui, poète, chanteur et artisan de retable qui chante des huaynos accompagné de sa guitare et de sa fille. Le film se termine en apothéose avec un chœur de voix féminines et de flutes.

Laisser un commentaire