Une lycéenne, du café, et une cumbia

La musique sud-américaine passe parfois en France par les canaux les moins nobles. Les Français ont pu découvrir l’immense compositeur brésilien Chico Buarque au détour d’une pub pour une boisson gazeuse (Essa moça ta diferente…). C’est par une publicité pour du café qu’ils ont pu découvrir la cumbia en 1981. Le morceau en question est issu d’un disque de Rodolfo Y Su Tipica, mais il s’agit, et c’est pour cela qu’on l’évoque, en réalité d’une reprise d’une cumbia péruvienne de Walter Leon y Los Ilusionistas de 1975. Elle ne parle bien sûr pas de café, mais d' »amour », ici celui suscité par une jeune lycéenne.

La Colegiala de Walter Leon y Los Ilusionistas

Traduction

Hoy te he visto,
con tus libros caminando
y tu carita de coqueta,
colegiala de mi amor

tu sonries
sin pensar que al mirarte
solo por ti estoy sufriendo
colegiala de mi amor.

Colegiala, colegiala,
colegiala linda colegiala
colegiala no seas tan coqueta
colegiala ven dime que sí.

Aujourd’hui je t’ai vu
marchant avec tes libres
et ton visage de coquette
lycéenne de mon amour.

Tu souris
sans penser qu’ à te regarder
je souffre à cause de toi
lycéenne de mon amour.

Lycéenne, lycéenne,
lycéenne, jolie lycéenne
Lycéenne, ne soit pas si coquète
lycéenne, viens me dire oui.

2 thoughts on “Une lycéenne, du café, et une cumbia

  1. Perfecta tradición. Soy un gran admirador de Rodolfo Aicardi (voz que popularizó esta canción) y me alegra saber que mis hermanos franceses gozaron como enanos de esta canción peruana por allá en el viejo verano de 1981.

Laisser un commentaire