Quand Paris buvait le Vin des Incas

Coca_Incas01

Bien avant que le pisco sour ne devienne à la mode, la France succombait déjà au charme d’un alcool d’inspiration péruvienne, le « vin des Incas »… à la coca du Pérou. Cette boisson est une invention d’Angelo Mariani. Ce pharmacien français eut l’idée en 1863 de mélanger du vin rouge à des feuilles de coca, dont des voyageurs racontaient déjà les propriétés miraculeuses. La coca ne supportant pas le trajet de plusieurs mois depuis les Amériques, Mariani fit construire des serres à Neuilly pour cultiver la plante.

Chaque bouteille de ce Vin de coca Mariani contenait de 6 à 7 mg de cocaïne. Grâce à l’inventivité marketing de son inventeur qui envoya des échantillons à tout le gratin de l’époque (jusqu’au Pape!), la boisson connut un succès immédiat. Un succès tel qu’il inspira des copies, tels que le Vin des Incas ou la Coca des Incas.

vin des incas

Il inspira jusqu’à l’américain John Pemberton, qui lança en 1885 le French Wine Coca à Atlanta. La boisson du cependant rapidement devenir non alcoolisée (prohibition oblige), puis délestée de la cocaïne remplacée en 1903 par de la caféine. Un certain Asa Candler, en racheta les droits en 1892 et fonda la Coca-Cola Company… pour le succès que l’on sait.

En France, après avoir été bue, la cocaïne commença à être sniffée et ses dangers à apparaitre de plus en plus clairement. Elle fut interdite en France à compter de 1910, mais sa consommation se poursuivit, comme en témoigne cette fameuse chanson de la grande chanteuse française d’avant-guerre, Fréhel, intitulée… la coco.

Fréhel – La coco (écrite en 1914, enregistrée en 1931, P. Dufleuve – G. Ouvrard)

 

Laisser un commentaire