Quand le Pérou fit trembler l’Allemagne nazie

fullmito_berlin_per.aut_equipo.peru_wikipedia

Nous sommes en 1936. Hitler organise les Jeux Olympiques de Berlin qui doivent démontrer au monde entier la grandeur de l’Allemagne nazie et la supériorité de la race aryenne.  Le monde se souvient de ces JO comme ceux du triomphe de Jesse Owens, l’athlète noir Américain qui rafla les plus belles médailles à la barbe d’Hitler et de ses théories racistes. Les Péruviens eux, se souviennent plus volontiers d’un match de football, simple quart de final, même pas une victoire mais qui est resté dans les annales du sport péruvien.

Propagande et nationalisme obligent, le Reich a tout misé sur son équipe de football. Pourtant, après une victoire écrasante contre le Luxembourg (9-0), elle se fait sortir sèchement par la Norvège. Il reste cependant pour sauver l’honneur des Nazis l’équipe d’Autriche, pays natal du führer qu’il allait annexer deux ans plus tard. Après, avoir sorti l’Égypte, elle rencontre le Pérou en quart-de final. Face au palmarès des Autrichiens, l’équipe péruvienne apparaît bien novice. Elle peut néanmoins compter sur el Rodillo Negro, le Rouleau Noir, surnom donné à sa formidable attaque, composée principalement de joueurs afro-péruviens. A eux de déboulonner les préjugés racistes des Nazis.

Le 8 août 1936, le coup d’envoi est donné. Walter Werginz ouvre le score pour l’Autriche à la 23e minute, suivi de peu par son compatriote Klement Steinmetz. A la mi-temps, les Autrichiens mènent 2-0. Revenant sur le terrain avec une nouvelle détermination, les Péruviens échouent devant la défense autrichienne, jusqu’à ce que Jorge Alcalde la fasse enfin céder à la 75e minute. Un second but péruvien d’Alejandro Villanueva à la 81e leur ouvre la porte des prolongations. Portés par une nouvelle force, les Péruviens enquillent trois buts… mais ils sont tous les trois annulés par l’arbitre italien. L’Italie n’est elle pas aussi sous la coupe d’un régime fasciste bientôt allié aux Nazis ? Une courte pause et la seconde prolongation commence. Les Péruviens continuent leurs assauts et cette fois c’est la bonne. Ils marquent deux buts, enfin validés par l’arbitre. Le Pérou a gagné 4-2… mais non, nouveau coup de théâtre: l’arbitre annule le match. La raison ? des supporteurs Péruviens seraient entrés sur le terrain à la 119 minutes ! Verdict ? Le match doit être rejoué. Le Pérou s’insurge de cette injustice et refuse catégoriquement cette mascarade. L’Autriche est déclarée vainqueur par forfait et les Péruviens rentrent chez eux, sans médaille mais la tête haute.

Cette histoire est presque trop belle pour être vrai et comme l’ont démontré des journalistes péruviens en 2008, c’était sans doute le cas. Si les faits restent flous, le gouvernement péruvien en pleine campagne électorale au moment des JO, a instrumentalisé le match à des fins politiques. Mais comme le disait John Ford, « Si la légende est plus belle que l’histoire, imprimez la légende »!

Laisser un commentaire